Découvrir le Japon

Détour réussi par le Musée Edo-Tokyo

2 mai 2018

Seb et moi aimons plutôt bien les expositions et les musées. Disons qu’on aime l’histoire et même si je ne retiens pas les toutes les dates et les détails aussi bien que lui, j’aime me plonger dans une époque différente afin de mieux comprendre l’humanité, bout par bout. Quand nous avons entendu parler du musée Edo-Tokyo nous étions plutôt motivés !

Nous avions quand même hésité un instant : n’y a-t-il pas mieux à faire au Japon qu’un musée ? Même si c’est un lieu chargé de connaissances, ce n’est pas toujours l’endroit le plus « folklo » de la terre. Parfois, l’idée semble plus de protéger que de transmettre un savoir. On s’imagine sans problème dans de longs couloirs avec, parfois, de grandes salles silencieuses où l’on trouvera une succession d’objets sous-verre, avec de tous petits textes à côté. Évidemment, sur tout cela est inscrit la mention « T.P.C.P.C. » (Touche Pas à Ça P’tit Con).

Mais en apprendre plus sur l’histoire du Japon, en passant par la période spécifique Edo-Tokyo, nous paraissait vraiment intéressant. Nous y sommes donc allés.

Monter, descendre, monter…

De prime abord, le bâtiment nous a quelque peu surpris. Au milieu des building du quartier de Ryogoku, s’élève un building très grand mais plutôt horizontal ! Un genre de vaisseau de M. Spock en béton, façon LEGO. Pour entrer, il faut passer sous le bâtiment – une grande place toute vide – et une fois votre billet en poche, accéder à l’intérieur par le plus grand escalator que je n’ai jamais vu. Une fois les six étages gravis – en escalator – on accède à l’intérieur du musée.

À ce moment-là nous avons fait un rapide crochet via l’ascenseur pour (re)descendre au 1er, afin d’y déposer nos sac-à-dos. Nous avons vraiment apprécié ce service, gratuit, vu que la veille nous avions fait envoyer nos valises et que ce jour-là nos sacs à dos étaient bien remplis.

Bref, nous remontons au 6e via l’ascenseur et là… c’est la surprise. Ce musée… est juste une somme de contrastes hallucinants, de sa forme jusqu’à son fond, du sol au plafond.

Un musée grandeur nature

Le font déjà car Edo est plutôt la période traditionnelle du Japon et Tokyo et évidemment sa forme moderne. Le musée est organisé pour que d’un côté tu puisse découvrir l’ancien et d’un autre côté la période moderne. Le tout avec des liens logiques évidemment.

Mais même sur la forme tu seras sans doute estomaqué car :

La première chose que tu vois en rentrant c’est l’énorme pont qui sépare à gauche la partie Edo, et la reconstitution d’un énorme bâtiment de l’époque, et à droite la partie Tokyo, avec également une reconstitution d’un bâtiment de l’époque ! La folie des grandeurs…

Une fois le pont passé, tu auras accès – évidemment – à des objets sous-verre et des textes explicatifs…  À noter que les explications sont en 9 langues, dont le français, ce qui était vraiment agréable ! Mais tu vas surtout trouver des maquettes absolument fantastiques ! Il y a soit des miniatures grouillantes de vie et de réalisme, réalisées avec une si grande minutie… soit d’autre maquettes grandeurs nature ou à l’échelle légèrement réduite, comme ce bateau à voile ou cette pagode. Impressionnant !

Enfin – et là je veux te souligner à quel point c’est une bonne idée – de nombreux éléments du musée sont interactifs et sont là pour être touchés et même essayés. Nous avons pu tenter de soulevé une caisse de transport pour les nobles, porter l’eau à la manière des ouvriers d’Edo, visiter une maison traditionnelle, faire du vélo comme dans les années 1890, analyser les différentes failles sismiques sous Tokyo ou découvrir, sur une carte interactive, les différents endroits qui ont été bombardés lors de la 2e guerre mondiale, afin de mieux se plonger dans le courage qu’a demandé la reconstruction.

Les photos étant autorisées dans le musée, sans flash bien sûr, j’ai pu te ramener quelques clichés :

En pratique

Si cette partie de l’histoire japonaise t’intéresse et que tu es de passage à Tokyo, je ne peux que te conseiller cet endroit ! Voici quelques informations pratiques pour organiser ta visite. N’oublie pas de faire un tour sur leur site internet avant : notre première tentative de visite s’est soldée par un échec, le musée ayant été fermé pour travaux jusqu’au 1er avril.

Tarifs

600 yen (soit 4€52 au moment où j’écris) / 300¥ pour les plus de 65 ans.

Il peut y avoir un tarif pour les expositions spéciales.

Horaires

09h30 à 19h30

Généralement fermé le lundi.

Site internet (en anglais) : http://www.edo-tokyo-museum.or.jp/en/

Adresse : 1-4-1 Yokoami, Sumida-ku, Tokyo 130-0015

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Haas Noëlle 3 mai 2018 at 23 h 17 min

    Juste génial ta façon de raconter, on s’y croirait 👏👏👏👏👏 🙌

    • Reply Laura 4 mai 2018 at 8 h 50 min

      Merci, c’est juste adorable !!

  • Reply Haas Noëlle 3 mai 2018 at 23 h 19 min

    J’avais poney mais j’ai bien fait de ne pas y aller 😊😁😂👍

    • Reply Laura 4 mai 2018 at 8 h 50 min

      🤣😂😂

    Leave a Reply