Découvrir le Japon

Douceur et poésie en deux beaux livres

17 février 2018

Hello ! J’espère que tu vas bien… Que tu passes un hiver sans (trop d’) encombre et que, rhume et autres virus, te fichent la paix dans la mesure du possible (siouplé). Sur Instagram je t’avais montré des livres qu’on m’avait offert ou prêtés, d’auteurs japonais ou parlant du Japon. Cela peut t’intéresser donc j’ai décidé de te les présenter.

Je vais commencer par une petite critique dans le style double : « Le Chat qui venait du ciel » Vs « Kyoto ».

Résumé

Le Chat qui venait du ciel – Takashi Hiraide

Un jeune couple travaillant dans le milieu de l’édition emménage dans une nouvelle maison. Celle-ci est située dans une grande propriété comprenant plusieurs bâtisses mais surtout, un grand et magnifique jardin. Ce jardin les a de suite attiré et c’est donc sans hésitation qu’ils s’installent. Un jour, un jeune chat fait irruption dans ce jardin et par la même, dans leur vie…

C’est une histoire semi-biographique.

Kyoto – Yasunari Kawabata

Kyoto, Japon, milieux du XXe siècle. Chieko sait qu’elle a été adoptée mais c’est avec surprise qu’elle découvre sa sœur jumelle. De milieux sociaux très différents, et malgré l’affection qu’elle se portent, nouer des relations sera difficile…

Pourquoi tu pourrais aimer…

Et pourquoi j’ai choisi de faire cette critique en double ? L’un comme l’autre, ces livres sont des œuvres avec des histoires assez simples (attention, je ne t’ai pas dit simplistes). Parce qu’on sent très rapidement que les auteurs ont voulu mettre l’accent sur les relations entre les personnages, la façon dont les événements sont vécus, les émotions ressenties et, avec une extrême délicatesse et beaucoup de poésie, présenter les lieux dans lequel se déroule ces histoires.

Que ce soit la maison du jeune couple et son jardin ou la ville de Kyoto, les lieux deviennent des personnages à part entière, avec leurs histoires, leurs vécu et leur façon d’interagir avec la scène…

A un moment de ma lecture, je me suis surprise à me demander dans quel contexte il serait agréable de lire ces œuvres… Avant d’aller se coucher, bien au chaud dans son lit ? Un dimanche après-midi avec une bonne tasse de thé ? Pas tout à fait… L’idéal serait de pouvoir s’installer devant un beau et grand paysage. Car ces œuvres sont propices à la contemplation.

Les auteurs prennent vraiment le temps pour construire les relations qui constituent les vraies personnages clés de ces deux histoires.

Tu apprécieras moins si…

Comme dis, ces œuvres sont propices à une contemplation typiquement japonaise. Avec beaucoup de délicatesse et également une forme de douce mélancolie. Il vaut mieux aimer ce type d’œuvre ou être dans le bon état d’esprit pour apprécier la qualité d’écriture et l’expérience.

J’espère que cela te donnera envie de les découvrir !

Bonus : mon édition du « Chat qui venait du ciel » comporte de magnifiques illustrations, réalisées par Lan Qu, en symbiose parfaites avec son récit. Je te conseille vraiment cette édition (Philippe Picquier) qui est de toute beauté.

Si tu as lu ces livres, partage-moi en commentaire ce que tu en as pensé. Tu peux aussi me dire ce que tu en train de lire en ce moment <3

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply